3 choses à savoir sur l'industrie 5.0


2018-bl-manufacturing-software-trends-july-2018-page-image
Que cela vous plaise ou non, vous feriez bien de vous préparer à l'arrivée de l'industrie 5.0. Ce concept se rapporte aux personnes qui coopèrent et interagissent avec des robots et des machines intelligentes. Si en lisant cette définition des images de Will Smith en lutte contre de méchants robots dans le film « I, Robot » vous sont venues à l'esprit, voici ce que vous devez savoir sur l'industrie 5.0.

La science-fiction regorge de machines malfaisantes qui essaient de tuer les humains ou de contrôler le monde, mais en réalité, la robotique se range plus du côté de l'utilité. Pensez plutôt au Roomba, l'aspirateur autonome, ou au LoweBot, le robot qui aide les clients à trouver et scanner des produits dans les magasins de bricolage Lowe's.

Dans l'industrie 5.0, les robots permettent aux humains de travailler mieux et plus rapidement. Le terme renvoie aux interactions nécessaires entre les personnes et les machines. Dans l'industrie manufacturière, les robots effectuent généralement des tâches monotones, comme le soudage et la peinture dans les usines automobiles ou le chargement et le déchargement de matériel lourd dans les entrepôts.

L'entreprise danoise Universal Robots est la première à fabriquer des robots industriels qui travaillent littéralement aux côtés des humains. Tandis que la plupart des robots industriels travaillent derrière des cages de sécurité, ceux d'Universal Robots ont commencé à travailler aux côtés d'êtres humains dès 2008(1). 

3 choses à retenir

Pour bien comprendre l'industrie 5.0, voici les trois choses que vous devez retenir.

1. L'industrie 5.0 est pensée pour les humains, pas pour les robots

Les robots sont conçus pour aider les humains et améliorer nos vies. Universal Robots emploie le terme « cobots » (« collaborative robots », ou « robots collaboratifs ») pour mettre l'accent sur l'importance de l'être humain dans la robotique.

Comme l'a affirmé Esben Østergaard, directeur de la technologie et cofondateur d'Universal Robots, dans un article publié par Enterprise IoT Insights : « L'industrie 5.0 fera de l'usine un endroit où les personnes créatives pourront travailler et créer une expérience plus personnalisée et humaine pour les employés et leurs clients(2). »

Il estime que la demande des consommateurs se tournera de plus en plus vers l'artisanat et la personnalisation des produits. Grâce à l'automatisation et aux cobots, le processus de fabrication peut être optimisé pour aider les êtres humains à créer quelque chose de spécial et d'unique. Selon Esben Østergaard, l'utilisation des robots permettra de repositionner l'humain au centre de l'industrie manufacturière.

 

2. L'objectif de l'industrie 5.0 est d'optimiser l'efficacité et la productivité humaines

L'industrie 4.0 renvoie à l'optimisation des performances par l'interconnectivité des machines et des systèmes. L'industrie 5.0 pousse quant à elle l'efficacité et la productivité plus loin en perfectionnant les interactions entre humains et machines.

Rogers Corporation met en avant sa capacité à intégrer les robots dans son processus de fabrication pour proposer des produits de grande qualité, comme le montrent les vidéos de son site Web. L'entreprise basée aux États-Unis, dans l'Arizona, fabrique des matériaux spéciaux utilisés dans différents produits électroniques et de grande consommation.

Selon Marc Beulque, vice-président des activités internationales de Rogers : « L'industrie 5.0 reconnaît que l'être humain et la machine doivent être interconnectés pour répondre à la complexité future de l'industrie manufacturière et à une hausse de la personnalisation par le biais d'un processus de fabrication robotisé et optimisé(3). »

Une main-d'œuvre composée à la fois d'êtres humains et de robots nécessitera la création d'un nouveau poste exécutif, celui de directeur de la robotique (« chief robotics officer », ou CRO). Cette personne sera chargée d'organiser et de superviser l'ensemble des activités liées à la robotique et aux systèmes opérationnels intelligents. Selon un rapport de Myria Research, d'ici 2025, plus de 60 % des entreprises de fabrication industrielle, de logistique et de gestion de la chaîne d'approvisionnement et des secteurs agroalimentaire, pétrolier, gazier et minier emploieront des CRO(4).


3. L'avènement de l'industrie 5.0 est inévitable
.

Lorsqu'il est question de technologie, aucun retour en arrière n'est possible. Même le Comité économique et social européen (CESE) est d'accord : « L'essor de l'automatisation robotique est inévitable. »

Ce comité, un organe consultatif de l'Union européenne (UE), a reconnu le retard de l'Europe par rapport aux États-Unis et à la Chine en matière d'intelligence artificielle (IA) et a demandé une accélération du développement de l'IA et de la robotique dans l'Union. Selon lui, « L'UE devrait accueillir la numérisation à bras ouverts pour le bien des consommateurs, des fabricants et des employés ».

Bien qu'il soit impossible d'ignorer l'existence de l'industrie 5.0, fabricants comme législateurs devront rapidement se pencher sur certaines questions fondamentales. Dans un rapport de recherche, des universitaires ont émis des réserves sur l'impact de « l'automatisation extrême ».

D'après le rapport, « les systèmes hautement intégrés sont vulnérables aux risques systémiques, tels que les pannes de réseau généralisées. De ce niveau extrême de connectivité découlent de nouvelles structures sociales et politiques. Sans aucune forme de contrôle, celles-ci pourraient donner lieu à une gouvernance autoritaire(6) ». 

Tandis que les fabricants méditent sur ces éventualités, ils doivent également s'organiser, se préparer et s'équiper des connaissances et solutions appropriées pour accueillir l'inévitable. La question n'est pas de savoir si l'industrie manufacturière pourrait tirer profit de la robotique, mais plutôt comment elle devrait l'exploiter.

Références :

(1)« The First Cobots Sold » (article en anglais),site Web d'Universal Robots.

(2) « Fine watches, craft beer and the psychology of Industry 5.0 »(article en anglais), Enterprise IoT Insights, 27 avril 2018.

(3) « Manufacturing Day: The Future of Manufacturing » (article en anglais),2 octobre 2018, site Web de Rogers Corp.

(4)« The Chief Robotics Officer: Myria Research Scenario » (article en anglais),publié le 15 janvier 2015.

(5)« Artificial Intelligence and Robotics: Inevitable and Full of Opportunities »(article en anglais), CESE, 16 mars 2018.

(6)« Birth of Industry 5.0: Making Sense of Big Data with Artificial Intelligence, the Internet of Things, and Next-Generation Technology Policy »(article en anglais), Ozdmir V. et Hekim N., U.S. National Library of Medicine, National Institutes of Health.


Cindy Fazzi s’intéresse, dans ses articles qu’elle rédige pour MasterControl, au secteur des sciences de la vie et à d’autres environnements régulés. Ayant travaillé en tant que journaliste dans trois pays, elle profite d’une expérience de 20 ans en tant que reporter, rédactrice et rédactrice en chef, notamment auprès de l’Associated Press dans l’Ohio et à New York. Cindy Fazzi est détentrice d’un master de journalisme obtenu à l’université d’État de l’Ohio.