Les 10 manières dont le cloud a modernisé l’industrie pharmaceutique


2019-bl-pharma-trends-2-page-image

Les entreprises pharmaceutiques gèrent, collaborent et sont responsables de la conservation sécurisée d'une immense quantité de données sensibles. Cependant, alors que le cloud computing, de par son efficacité, a rapidement été adopté par de nombreux secteurs d'activités, l'industrie pharmaceutique, elle, peine encore à s'y mettre.

Les préoccupations des entreprises pharmaceutiques ne datent pas d'hier et sont à l’origine de leur hermétisme à recourir aux réseaux externes et logiciels en tant que service (SaaS). Ces préoccupations légitimes sont de différents ordres :

  • La sécurité et l'intégrité des données
  • L'accès aux données et leur contrôle
  • Les conséquences potentielles sur la conformité aux réglementations
  • Les effets négatifs sur les entreprises, pouvant être le résultat d'un bouleversement du statu quo ou de quelques contretemps opérationnels survenus lors de la migration et de l'intégration d'un nouveau système
  • Le temps, les actions et les ressources vraisemblablement nécessaires lors d'une migration vers le cloud.

Comme le précise le livre blanc « Les 5 tendances principales de l’industrie pharmaceutique en 2019 », les réseaux cloud améliorent davantage qu'ils ne remettent en question chacun de ces points ; et ces avantages développent désormais l'utilisation des systèmes basés dans le cloud par des entreprises du secteur, amenant petit à petit cette technologie au sein d'une industrie pharmaceutique traditionnelle.

Le Livre blanc explique comment, il y a seulement dix ans, les trois quarts des DSI et des responsables informatique travaillant dans le secteur des sciences de la vie et de la santé s'opposaient à l'intégration du cloud computing, craignant pour la sécurité de leurs données.1 Face à ce climat d’opposition, les premières réussites, certes modestes mais néanmoins constatables, obtenues dans le développement de médicaments en laboratoire ont amorcé une vague de changements au sein de l’industrie pharmaceutique. De part et d'autre de l'industrie, les études de cas relatives au cloud sont positives : une raison supplémentaire pour les entreprises pharmaceutiques de commencer à entrevoir les bénéfices du cloud. C'est un fait : 64 % des entreprises des sciences de la vie affirment avoir mis en place une infrastructure dans le cloud, ou avoir l'intention de le faire.2

Le cloud : un réel avantage pour les entreprises pharmaceutiques

Afin de comprendre les raisons de cette tendance inversée au sein de l'industrie, il suffit d'observer les avantages que le cloud confère en situation réelle dans le secteur des sciences de la vie. Les entreprises pharmaceutiques qui ont adopté les technologies basées dans le cloud sont formelles : cette décision leur a été bénéfique. Découvrez le top 10 des avantages qu'offre le cloud computing.

1. Une amélioration visible de la sécurité.

À mesure que de plus en plus d'entreprises pharmaceutiques migrent avec succès leurs données vers le cloud, les acteurs du secteur s'aperçoivent que contrairement à ce qu'ils pensaient, les environnements cloud ne sont pas moins sécurisés que les systèmes sur site. Les fournisseurs reconnus de services cloud offrent l'expertise et la technologie nécessaires pour assurer un suivi de la sécurité et une réponse aux incidents en continu ; des actions que très peu de services informatique au sein d'entreprises de l'industrie sont capables de gérer eux-mêmes. Contrairement aux équipes informatique internes qui adoptent une politique de sécurité commune à toutes les applications, les équipes de spécialistes de la sécurité d'un fournisseur de cloud computing se concentrent sur la sécurité des systèmes de manière individuelle. Sans oublier le fait qu’un fournisseur de services cloud est capable de rapidement identifier les problèmes liés à la sécurité et mettre en place des correctifs et mises à jour de manière uniforme à l'aide de mises à niveau automatiques.

Les responsables qui ne sont pas encore convaincus par la migration de données hors site devraient prendre en considération un élément de l'histoire : nous avons toujours fait confiance aux fournisseurs de services externes qualifiés, tels que les entreprises de télécommunication ou les services postaux, pour gérer nos données confidentielles de manière sécurisée. Un fournisseur de services cloud qualifié et certifié devrait inspirer le même niveau de confiance. En réalité, la plupart de ces fournisseurs se soumettent eux-mêmes à des audits de sécurité bien plus exigeants que ceux qu'une entreprise pharmaceutique pourrait se permettre de réaliser pour son propre centre de données sur site.

D'une façon ou d'une autre, tous les projets liés au cloud reposent sur un partenariat entre une entreprise et un fournisseur de services, chaque partie ayant pour priorité la sécurité et la réalisation d'ajustements appropriés. Comme en témoigne le rapport « Clouds Are Secure: Are You Using Them Securely? »réalisé par Gartner Research,« Pour une entreprise, l'étape la plus importante à franchir pour assurer des niveaux de sécurité convenables sur le cloud se résume à accepter le fait que cette technologie est désormais incontournable, et qu’elle devrait être régie par des stratégies et des réglementations. »3

2. Un traitement et une résolution plus rapides des problèmes liés à la sécurité.

 

Les solutions dans le cloud sont constamment mises à jour afin de répondre aux menaces changeantes qui les assaillent, et ce grâce au travail des ingénieurs dédiés à la sécurité. À l'inverse, au sein d'environnements sur site, les professionnels de l'informatique se doivent de traiter chaque menace de manière ponctuelle. Hors du cloud, les problèmes liés à la sécurité sont résolus par des équipes informatique internes qui travailleront d'arrache-pied à trouver une solution, ou en confiant la tâche à des professionnels externes. Accessible à distance, le cloud se veut international et permet de simplifier le processus de résolution des problèmes liés à la sécurité.

3. Processus de conformité accéléré et mises en œuvre de plus en plus rationalisées.

Le lien qui relie la conformité au cloud est davantage symbiotique qu'antagoniste ; cela a d'ailleurs toujours été le cas. Il n'y a pas si longtemps, l'idée selon laquelle les entreprises du secteur des sciences de la vie entreprendraient la migration de leurs informations vers des services de cloud public, tels que ceux proposés par Google, Amazon et Microsoft, semblait en contradiction avec le principe de conformité et l'importance des données traitées ; c'est tout du moins ce qu'explique Simon Kos, directeur des affaires médicales chez Microsoft. « Autrefois, la solution de cloud public proposée par Microsoft ne semblait pas envisageable pour les professionnels de santé, en raison de la sensibilité des données traitées, affirme-t-il. Aujourd'hui, ces données sensibles sont déployées sur le cloud public à grande échelle, et ce tout en respectant les réglementations. »4

En matière de conformité, la validation est la principale préoccupation des entreprises pharmaceutiques utilisant des systèmes informatiques dans des environnements réglementaires. Grâce aux solutions révolutionnaires d'optimisation de la validation telles que MasterControl Validation Excellence Tool (VxT), le tout premier outil de validation automatisée pour les entreprises qui évoluent au sein d'environnements réglementaires, les entreprises pharmaceutiques peuvent désormais obtenir la validation d'un système de gestion de la qualité d'entreprise (EQMS) est un temps record. Les utilisateurs de cet outil ont déclaré avoir réduit de 336 heures le temps de préparation d'un projet de validation. Ils ont également pu réduire l'exécution réelle d'un projet de 104 heures de travail intensif à seulement 20 heures.

De surcroît, les technologies du cloud conviennent parfaitement à l'approche basée sur les risques en matière de conformité, très appréciée des autorités de réglementation telles que la U.S. Food and Drug Administration (FDA). La FDA fait d'ailleurs figure d'exemple pour les entreprises dont elle réglemente les produits, puisqu'elle confie ses propres renseignements à Amazon Web Services (AWS), un fournisseur de cloud public. Au même titre que d'autres organismes de réglementation de premier plan, la FDA met également en avant ses propres initiatives en faveur du cloud, comme en témoignent les récents appels lancés par Scott Gottlieb, commissaire de la FDA, aux développeurs. Le but ? Trouver de nouvelles façons d'utiliser les services et outils basés dans le cloud pour venir en aide aux patients et développer des traitements plus performants, adaptés à leurs besoins et préférences.5

4. Une plus grande liberté vis-à-vis de l'expertise informatique interne et de la maintenance des infrastructures.

Les fournisseurs de services cloud disposent de l'expertise et de la technologie nécessaire pour assurer un suivi de la sécurité et répondre aux incidents en continu ; des actions que très peu de services informatique au sein d'entreprises de l'industrie sont capables de gérer eux-mêmes. Si vous hésitez encore à migrer vers le cloud, posez-vous la question suivante : est-il plus sûr de laisser votre équipe informatique se tenir au courant des problèmes en matière de sécurité, compliquant davantage leur travail déjà très exigeant ? Ou au contraire, ne vaudrait-il pas mieux se fier à une équipe de spécialistes de la sécurité bénéficiant d'une telle expérience au sein d'un environnement stable dans le cloud qu'elle saura exactement où rechercher des problèmes et comment les résoudre ?

5. Diminution des investissements de capitaux et des coûts opérationnels.

La migration des données vers le cloud permet aux entreprises pharmaceutiques de simplifier leurs processus ; il ne leur est plus nécessaire de maintenir ou faire évoluer leurs infrastructures, de travailler à l’aide de matériel et de logiciels obsolètes, ou de devoir régulièrement mettre à jour leurs applications. Et ce n’est pas tout : le nombre croissant de fournisseurs de services cloud de confiance, ainsi que l'amélioration de la qualité et de l'éventail des technologies offertes permettent de réduire les coûts généraux liés au cloud computing et au stockage des données.

6. Mises à jour logicielles automatiques et continues

Un système auto-hébergé finit toujours par devenir obsolète, tandis que les risques liés à sa sécurité ne cessent d'augmenter avec le temps. Cette observation est d’autant plus vraie dans le cas d’entreprises qui décident de ne pas mettre régulièrement à jour leurs logiciels. Opter pour une gestion et une distribution centralisées des mises à jour logicielles sur le cloud permet aux entreprises pharmaceutiques de pouvoir immédiatement tirer parti des nouvelles fonctionnalités offertes par les environnements cloud. Le plus ? Ne plus avoir à se soucier de l'obsolescence des systèmes informatiques.

7. Une possibilité de contrôle et d'accès aux données sans précédent

Les technologies du cloud rationalisent la capacité des entreprises pharmaceutiques à partager des données à travers différents emplacements. Les environnements cloud facilitent notamment la collaboration avec des acteurs externes agréés, tels que des fournisseurs ou des structures de recherche sous contrat. Plus important encore, les fournisseurs SaaS intègrent dans leurs systèmes des accords contractuels et des réglementations en matière de sécurité. Le but, défini par MasterControl dans son livre blanc « The Business Case for Moving to the Cloud », est simple : garantir un accès contrôlé et limité aux données de votre entreprise, uniquement aux utilisateurs autorisés. Ainsi, votre entreprise demeurera la seule et unique propriétaire des données.

Les solutions de cloud les plus réputées se rejoignent toutes sur un point : elles sont conçues de manière à assurer un certain niveau de sécurité tout en garantissant un accès aux données limité aux personnes autorisées. Elles intègrent en outre les procédés de sécurité les plus récents, tels que le chiffrement des données ou l'authentification à plusieurs facteurs. Avant de choisir un fournisseur de services cloud, il convient d'étudier leurs compétences et évaluations puis de les comparer aux normes industrielles en vigueur. De cette manière, votre entreprise pourra s'assurer que les services proposés répondent aux exigences en matière de protection des données, d'accès et de contrôle formulées par les entreprises pharmaceutiques.

8. Virtualisation des recherches.

Un des autres avantages du cloud : connecter entre eux les différents acteurs concernés par les systèmes de recherche de données. Le résultat ? Un processus de collaboration totalement inédit ; une réelle aubaine pour les pharmacologues. Ainsi, le cloud pourrait laisser entrevoir une possibilité de révolutionner les essais cliniques.

Une grande partie des processus éprouvés de recherche utilisés aujourd'hui lors d'essais cliniques l'étaient déjà dans les années 1940. Grâce aux fonctionnalités avancées d'analyse des données introduites par les solutions numériques modernes, de plus en plus d'approches novatrices sont mises à l'essai au sein de la recherche clinique. C’est notamment le cas des essais cliniques virtuels qui deviennent dorénavant monnaie courante,du fait de l'amélioration de la capacité des technologies numériques à suivre de manière continue et peu encombrante les biomarqueurs et les signes vitaux.6 Les chercheurs ont désormais accès à des outils grâce auxquels ils pourront suivre plus rapidement et avec plus de précision certaines variables essentielles des essais cliniques, telles que les effets indésirables des traitements médicamenteux et l'observance des protocoles d'étude.

Souhaitant démontrer l'avenir prometteur du cloud appliqué aux recherches virtuelles, Science 37, une société de recherche clinique, a récemment réalisé une phase 2B dans le cadre d'un essai clinique virtuel contrôlé contre placebo. Lors de cet essai clinique virtuel testant une formulation topique luttant contre l'acné, plus de 8 000 personnes ont pu être soumises à un dépistage ; au total, 372 participants ont été sélectionnés. Science 37 l'affirme, réaliser cet essai clinique de manière virtuelle a permis aux chercheurs de réduire d'environ 30 % à presque 50 % le temps nécessaire au recrutement des patients. Il s'agit d'un très bon présage pour les futures avancées de la recherche réalisées grâce au cloud.7

9. Flexibilité et évolutivité.

Les processus des entreprises pharmaceutiques sont complexes et riches en données. Alors que la vitesse à laquelle ces données peuvent être consultées, interprétées et utilisées devient un facteur déterminant au sein du secteur, les entreprises doivent s’appuyer sur des outils de pointe afin de demeurer concurrentielles. Le cloud permet aux entreprises pharmaceutiques de gérer différents types d'ensembles de données à l'échelle exigée. En outre, cet environnement simplifie le développement d'ensembles de données plus homogènes.

Dans un secteur où les modifications et les innovations en matière de produits, de réglementations et de marchés constituent la norme, la capacité du cloud à évoluer selon les besoins des entreprises pharmaceutiques représente l'un de ses aspects les plus attrayants. 3M Health Information Systems (3M HIS) fait figure d'exemple : cette entreprise spécialisée dans les sciences de la vie a en effet été capable de relever les défis que posaient les fluctuations des charges de travail, en migrant certaines de ses applications vers le cloud d'AWS. Ainsi, l'entreprise a réussi à gagner en flexibilité, réduisant la durée de son processus de provisionnement des serveurs de 10 semaines à seulement quelques minutes. La migration vers le cloud a également permis à 3M Health Information Systems de développer et déployer plus rapidement de nouvelles applications. « Aujourd'hui, nous pouvons mettre l'accent sur les activités liées aux sciences de la santé que réalise notre équipe R&D, explique David Frazee, directeur de la technologie au sein de 3M HIS. Nous accordons plus d'importance aux analyses qu'à l'aspect informatique. Nous sommes ainsi capables de nous attaquer aux enjeux liés aux coûts et à la qualité qu'exige l'industrie pharmaceutique. »8

10. Un pied d'égalité au sein de l'industrie pharmaceutique.

Dans de plus en plus de cas, le cloud permet aux entreprises pharmaceutiques de plus petite taille et dont les budgets sont restreints de tirer parti des outils plus performants qu’utilisent des multinationales aux budgets plus conséquents ; et cela, à moindre coût. D'après Kieran Norton, spécialiste du cloud au sein du département Risk and Financial Advisory du cabinet Deloitte, une plateforme éprouvée permet à une entreprise, peu importe sa taille, de bénéficier des avantages qu'apporte le cloud. « Si vous investissez 1 milliard de dollars dans un programme de cybersécurité, votre réseau devrait être relativement bien protégé. Mais si vous n'avez pas les moyens de dépenser une telle somme, il existe des fournisseurs de services sur le cloud capables de consacrer plus de ressources, de technologies et de moyens de recherche et développement à la création d'une infrastructure de base. »9

Apprenez-en plus sur les répercussions du cloud dans l'industrie pharmaceutique, et découvrez quels sont les autres problèmes qui affectent l'avenir du secteurLes 5 tendances principales de l’industrie pharmaceutique en 2019en consultant le livre blanc de MasterControl.



Références

  1. « Adopting cloud computing within the healthcare industry: opportunity or risk? » (article en anglais), par Linda Barthelus, Online Journal of Applied Knowledge Management, Vol. 4, Issue 1, 2016.
  2. « Digitalization in life sciences » (document en anglais),KPMG, publié en janvier 2018.
  3. réalisé par Gartner Research,(rapport en anglais), Gartner Research, Jay Heiser, Analyst, publié le 22 septembre 2015.
  4. « Why healthcare data may be more secure with cloud computing » (article en anglais),par Jonah Comstock, MobiHealthNews, publié le 15 octobre 2018.
  5. « Transforming FDA's Approach to Digital Health » (article en anglais),par Scott Gottlieb, M.D., Academy Health's 2018 Health Datapalooza, publié le 26 avril 2018 (version publiée accompagnée de commentaires).
  6. « The Future of Drug Trials Is Better Data and Continuous Monitoring » (article en anglais),par A. Fantana, G. Cella, C. Benson et J. Kvedar, Harvard Business Review, publié le 2 mai 2019.
  7. « Digital R&D: Transforming the future of clinical development » (article en anglais),par Dawn Anderson, Natasha Elsner et Jonathan Fox, Deloitte Insights, publié le 14 février 2018.
  8. « Étude de cas 3M Health Information Systems »,AWS.
  9. « Debunking cloud security myths: truth vs. fiction » (document en anglais),Architecting the Cloud, On Cloud podcast, 1er mai 2019.


2019-bl-author-james-jardineJames Jardine
travaille au sein de MasterControl en tant que rédacteur de contenu marketing. Diplômé de l'université de l'Utah où il a obtenu une licence en journalisme, James écrit depuis plus de dix ans sur des sujets liés aux sciences de la vie, aux technologies et aux réglementations. 






Tags: